La Boulangerie Mauclerc – Brunch servi à table

RETOUR

Description de la rédaction

Réaliser un rêve… celui de passer un moment dans les coulisses d’une boulangerie, en goutant des pains déroutants : 58 sortes différentes se retrouvent sur la carte de Véronique Mauclerc, boulangère installée dans le XIXème depuis 2004.

Petite adresse cachée en contrebas des Buttes Chaumont, cette boulangerie est connue des habitants du quartier qui viennent joyeusement y faire la queue pour acheter du pain – le  signe d’une excellence toujours d’actualité. Déjà en 2007, GaultMillau avait décerné un coup de cœur à cette boulangerie lors de la sortie du guide Paris Ile de France de bonnes adresses.

Côté brunch… il faut vraiment être au parfum. Aucune publicité ne l’annonce. C’est une adresse lilliputienne que l’on se repasse sous le manteau.

En poussant la porte, une arrière salle rassemble quelques personnes autour d’une grande table. Pas plus de huit convives. Je vous le disais… minuscule. Des murs peints en verts, des bouquets de fleurs naturelles, ambiance féminine dans ces coulisses.

Au fil des minutes, vous découvrez que votre  place est stratégique question observation : d’un côté les clients s’agglutinent dans la boutique, de l’autre, le pâtissier solitaire pare ses gâteaux à côté du four à pain, pendant que vous êtes installé comme un pacha.

Le prix du brunch reflète l’environnement du quartier : 12 €,  en version  sucrée ou salée. La même chose en plein centre ferait plus que doubler l’ardoise.

Le brunch salé offre une pizza ou une quiche, un dessert, un café ou un thé, un jus d’orange (en brique) mais pas de pain ! Or, c’est le principal intérêt de ce brunch : en goûter le maximum.

Le 83 rue de Crimée est l’une des meilleures boulangeries, un temple du pain. L’amateur le trouve au sarrazin, à la lavande, aux trois poivres, au lin brun, aux pistaches, aux champignons, à l’alfafa, à la fleur d’oranger, à l’emmenthal (hmm !)… pour ne citer que les plus frappants. Les trois goûtés (lin brun, sarrasin et emmenthal) étaient sacrément fameux.

Le brunch sucré est supérieur. Il présente, en plus du thé ou café et jus de fruits, une viennoiserie, trois pains et un dessert. Chaque aliment se choisit dans la boutique. Tant de sucre ne permet pas de tout finir, mais vous repartez avec votre sac garni et le sourire.

Le service est plein de gentillesse, mais quand la file d’attente s’allonge en plein coup de feu de midi… forcément vous restez abandonné dans votre petit coin au fond.  Un brunch artisanal, à la bonne franquette.

Le moment du brunch n’est pas le plus approprié pour gouter au mieux les plaisirs du lieu. Et les menus des deux brunches sont assez déséquilibrés. Le salé est un peu chiche, et le sucré sature vite. Le jus de fruits frais et les confitures maison manquent, d’autant plus que  la maison propose d’excellents thés bio, des Jardins de Gaïa et que tous les pains son faits avec du levain naturel et de la farine bio.

Goûter dans ce salon de thé, après une balade aux Buttes Chaumont, semble plus adapté. Quant à traverser tout Paris pour venir acheter son pain…. oui, oui, oui ! c’est une évidence après ce brunch.

Date de notre dernière visite : juin 2011.

Poster un avis